Etre frère aujourd'hui

Consacré en intimité avec le Christ

Les trois vœux de la vie religieuse
“Aimons-nous en Dieu et pour Dieu. Qu’il soit le centre unique dans lequel nous nous retrouvions à tous les instants ! Oh que le reste est fragile et vain”. JM de la Mennais

Pauvreté
“Quitte ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, va dans le pays que je t’indiquerai. Je ferai de toi une grande nation… Abraham partit comme le Seigneur le lui avait dit.” Gn 12,1-2, 4
Pèlerin sur cette terre, le Frère veut vivre dans une grande liberté intérieure à l’égard des biens temporels, une disponibilité joyeuse et un esprit de partage. La pauvreté religieuse implique d’abord cette disposition intérieure, elle n’est pas seulement une question économie et sociale.  Règle de vie D. 43

Chasteté
“Parce que tu comptes beaucoup à mes yeux, que tu as du prix et que moi je t’aime” Is 43, 4
Résolument positive, la chasteté consacrée témoigne de l’amour préférentiel pour le Seigneur. Elle transforme l’être humain en ses profondeurs, et le pénètre d’une mystérieuse ressemblance avec le Christ. Règle de vie D. 36

Obéissance
“Parle Seigneur, ton serviteur écoute”
  1 Sam 3, 10
L’obéissance engage toute la vie du religieux. Responsable et active, elle invite à prendre des initiatives. Le Frère trouve dans les tâches qui lui sont confiées un vaste champ où mettre en œuvre les ressources de son intelligence et de sa volonté, ses talents naturels et les dons de la grâce

En fraternité, petite cellule évangélique

Qu’un fraternel amour règne entre tous les membres de la même communauté. Que chacun soit heureux de la joie des autres, souffre de leurs peines, et que tous se prêtent pour aller à Dieu et pour accomplir son œuvre, un mutuel appui, évitant les contentions, les rivalités, les secrètes jalousies, les paroles railleuses, tout ce qui blesse, tout de qui sépare et altère la charité.  Règle de vie de 1835

Chaque fraternité travaille à devenir une communauté évangélique, témoignant de la présence déjà effective du Royaume, où la chasteté détruit les barrières, réconcilie les hommes, fils d’un même Père et frères de Jésus-Christ qui les rassemble en un seul corps. Règle de vie C.35

Dans la simplicité et dans la joie, les frères acceptent de partager ce qu’ils sont, ce qu’ils font et ce qu’ils ont. Sans s’être choisis, ils cherchent à se connaître et à s’aimer avec toute l’affection du cœur du Christ. C’est dans l’abnégation et le don généreux d’eux-mêmes que, jour après jour, ils édifient la communauté.  Règle de vie C.51

Au service de l’éducation des jeunes

Entre l’état religieux du frère et sa mission éducative, il y a une unité foncière et réciprocité d’influence : sa consécration religieuse s’exprime dans son engagement apostolique et spécifie celui-ci ; son engagement apostolique nourrit et marque sa vie religieuse. Cette interaction joue dans tous les domaines de son existence. Règle de vie C.107

La Congrégation choisit l’école comme moyen privilégié d’éducation. Aujourd’hui encore, comme au temps des fondateurs, l’école rend un service essentiel à l’homme et à la cité par la formation de personnes libres et responsables. L’école chrétienne fait davantage : elle lie, dans le même temps et le même acte, l’acquisition du savoir, la formation à la liberté et l’éducation de la foi. Pour accomplir cette œuvre insigne, les frères se consacrent à l’enseignement, à la catéchèse, à la pastorale scolaire et aux autres activités suggérées par les besoins du milieu. Règle de vie C.106

  1. La vie religieuse du frère, apostolique par sa nature même, témoigne de l’absolu de Dieu et de la réussite de l’homme en Jésus resssuscité.

Ayant centré sa vie sur le Royaume de Dieu – déjà présent dans notre histoire – et cependant attaché à l’édification de la cité terrestre, le frère met l’accent, dans l’éducation, sur le dépassement des valeurs humaines.

Il cherche à rendre son témoignage perceptible aux hommes de bonne volonté, aux cœurs simples et ouvertes. Il y parvient surtout par la qualité de ses relation humaines et la joie qu’il rayonne au service de Dieu et des hommes. Règle de vie C.109

La Congrégation des Frères de l’Instruction Chrétienne ou “Frères de Ploërmel”

A l’origine

Deux hommes, deux prêtres, Jean-Marie de la Mennais & Gabriel Deshayes
– une passion et une conviction : “tout sort de l’éducation”
– fondent une Congrégation de Frères pour l’enseignement

“Nous avons à former l’homme pour lui-même, pour son propre bonheur, pour sa famille, pour la société, pour la terre et pour l’éternité”

“L’instruction n’est qu’une moitié de votre tâche, l’éducation est la principale.”

“Dans nos écoles, on forme l’homme tout entier, son cœur aussi bien que son esprit.”

“On ne parle avec conviction que de ce que l’on croit, avec amour que de ce que l’on aime, avec chaleur et zèle que de ce qu’on sent bien, et qu’on espère.”

Le nom de la Congrégation : Frères de l’Instruction chrétienne

La devise des Frères: “Dieu seul”

Une histoire de 200 ans

1819     Fondation de la Congrégation

1824     Installation à Ploërmel

1837     1ère vague missionnaire : Guadeloupe, Martinique, Sénégal…puis viendront : Tahiti, Haïti, Canada

1860     Décès de JM de La Mennais

1903     Expulsion des Frères de leurs écoles –  Rupture et recommencements

1905     2ème vague missionnaire : Canada, Etats-Unis, Espagne

1965     3ème vague missionnaire : Afrique, Asie

2000     Développement de la Famille Mennaisienne

Aujourd’hui

800 Frères

Présents sur les 5 continents dans 26 pays

La Province Saint Jean-Baptiste : France & Angleterre
Frères: 160 Frères, dans 23 communautés

Famille Mennaisienne

Mission éducative, avec les laïcs

Dans 73 établissements scolaires

Dans différentes œuvres socio-éducatives

Devenir frère

Les étapes pour devenir frères

Regardant

Celui qui souhaite s’interroger sur sa vocation et mieux connaître les Frères, avant d’aller plus loin vers un choix de vie, prend contact avec un Frère.
En tenant compte de son travail ou de ses études, il lui sera proposé de vivre avec une communauté. Un Frère sera chargé de l’accompagner le temps de cette expérience.
A l’issue de ce temps dont la durée varie selon la situation personnelle et professionnelle du candidat, son âge et l’avis de la communauté d’accueil, le candidat chez qui la vocation de Frère paraît se confirmer, fait sa demande d’entrer au Postulat.

Postulat

Le Postulat dure de six mois à un an. Il permet au candidat de faire l’expérience de la vie communautaire et de la mission des Frères.
Le jeune vit entièrement au sein d’une communauté, et en partage la mission. Cette année peut se vivre dans une communauté missionnaire (en Afrique de l’Ouest par exemple).

Noviciat

Accompagné par un Frère qui a particulièrement reçu du Supérieur général la mission de « Maître des novices », le candidat prend un chemin d’approfondissement de sa vie de baptisé tout en se préparant à la décision d’un engagement effectif dans l’Institut des Frères par la profession religieuse.
Actuellement le noviciat se trouve au nord Togo, à Dapaong.

Il lui est proposé de :
Vivre dans un espace de silence, au rythme accompagné par le Frère responsable.
Mieux se connaître soi-même, au cœur d’une
Faire l’expérience de Dieu et de la suite du Christ, à la manière des fondateurs de l’Institut, Jean-Marie de la Mennais et Gabriel Deshayes, et des premiers Frères.
Approfondir la vocation de Frère dans l’apprentissage de la vie communautaire et de la mission éducative auprès des jeunes.
Vivre au quotidien selon la Règle de Vie des Frères, dans le souffle de l’Esprit.
Enfin, choisir le Christ et sa mission, et demander, ou non, d’entrer dans l’Institut des Frères de Ploërmel.

1ères années de vie religieuse

Pendant les premières années de vie religieuse (vœux temporaires) il est proposé aux jeunes religieux :
Un parcours d’études théologiques et professionnelles (ouvrant à une profession dans l’éducation et/ou l’enseignement), dans un premier temps.
Une insertion dans une communauté de Frères engagée dans une œuvre éducative, dans un second temps.

Profession perpétuelle

A l’issue d’un temps pouvant varier de cinq à neuf ans d’engagement tem­poraire, le Frère s’engage définitivement dans l’Institut par la Profession perpétuelle.
Pour s’y préparer, il lui est proposé un parcours de formation spécifique pouvant être en lien avec d’autres Frères de vœux temporaires.